Prise en charge de l’anaphylaxie: Dernières recommandations

Ce qu'il faut savoir:

Rédigées collégialement en 2016 par la Société française de médecine d’urgence (SFMU), la Société française d’allergologie (SFA), le Groupe francophone de réanimation et d’urgences pédiatriques (GFRUP), et le soutien de la Société pédiatrique de pneumologie et d’allergologie (SFP2A), la « Prise en charge de l’anaphylaxie en médecine d’urgence. » constitue les dernières recommandations en vigueurs sur le sujet.

Voici l’algorithme de prise en charge proposé par les auteurs:

Les points importants à préciser :

  • La voie Intra-musculaire (IM) d’injection de l’adrénaline est la voie de 1ère intention (cf article pour la prescription). La voie intra veineuse (IV) nécessite une équipe médicale entraînée et une surveillance étroite par un scope cardio-tensionnel (voie de 2ème intention).
  • Les corticoïdes ne constituent pas un traitement d’urgence. Leur efficacité dans cette indication n’a jamais été démontré (traitement de 3ème ligne dans l’algorithme).
  • Dans l’anaphylaxie, les antihistaminiques sont fréquemment utilisés mais leur efficacité n’a jamais été démontré.

Au total, la prise en charge de l’anaphylaxie repose essentiellement sur l’administration précoce d’adrénaline par voie IM, en plus du traitement symptomatique (oxygénothérapie, remplissage…), de l’éviction de l’allergène, et de l’adjonction d’un Beta 2 mimétique d’action rapide en cas de bronchospasme associé.

Reconnaitre une anaphylaxie pour bien traiter:

Il est bien précisé que les manifestations cutanéo muqueuses isolées ne constituent pas une anaphylaxie.

Voici les critères diagnostiques d’anaphylaxie selon Sampson et al. L’anaphylaxie est probable, quand l’une de ces trois situations cliniques apparaît brutalement:

Bibliographie:

1. Gloaguen A, Cesareo E, Vaux J, Valdenaire G, Ganansia O, Renolleau S, et al. Prise en charge de l’anaphylaxie en médecine d’urgence. Recommandations de la Société française de médecine d’urgence (SFMU) en partenariat avec la Société française d’allergologie (SFA) et le Groupe francophone de réanimation et d’urgences pédiatriques (GFRUP), et le soutien de la Société pédiatrique de pneumologie et d’allergologie (SP2A). Ann Fr Med Urgence. 2016 Sep 1;6(5):342–64.

Share Project :