L’anti-histaminique n’est pas un anti-allergique

Définition :

Les anti histaminiques anti-H1 sont des agonistes inverses qui s’opposent à l’action de l’histamine au niveau du récepteur H1.

Ils existent sous plusieurs galéniques :

  • Orales (comprimé, lyoc et sirop).
  • Nasales.
  • Collyres.
  • Et injectable (Exemple : la Polaramine).

Classification :

Les anti histaminiques anti-H1 de deuxième génération présentent les caractéristiques suivantes :

  • Demie vie longue.
  • Peu ou pas d’effet sédatif (pas de passage de la barrière hémato-encéphalique).
  • Exemple : CETIRIZINE 10 mg, DESLORATADINE 5 mg ect…

Les anti histaminiques anti-H1 de première génération :

  • Effet sédatif (Passage de la barrière hémato-encéphalique).
  • Durée d’action courte.
  • Exemple  : POLARAMINE, HYDROXYZINE (ATARAX).

Note:

Ne pas confondre les anti histaminiques agissant sur le récepteur H1 (anti-H1) de deuxième génération et les anti histaminiques agissant sur le récepteur H2 (type Ranitidine dont l’indication est principalement les ulcères gastriques).

L'action de l'histamine :

Stockée dans les granules des mastocytes, l’histamine va se fixer sur différents tissus et entraîne :

  • Une contraction du muscle lisse bronchique ;
  • Une augmentation de la perméabilité vasculaire ;
  • Et des effets inflammatoires par activation des différents types cellulaires.

 

Schéma histamine

Pourquoi l'anti histaminique n'est pas un anti allergique ?

L’histamine est un médiateur libéré lors de la dégranulation du mastocyte.

L’activation du mastocyte peut être d’origine « allergique » (mécanisme IgE dépendant) mais aussi d’origine non allergique (stress, infection, médicaments).

Donc la libération de l’histamine n’est par forcément secondaire à une réaction allergique.

Ce qui explique que les anti histaminiques anti-H1 fonctionnent sur les urticaires virales, les urticaires de contact (comme avec les plantes urticantes), les urticaires chroniques spontanées et les angio œdèmes histaminiques.

Conclusion :

Les anti histaminiques anti-H1 bloquent l’action de l’histamine dont la libération est secondaire à un mécanisme allergique ou à un mécanisme non allergique.

Bibliographie :

1. A. Jamet, K. Botturi, B. Diquet, M. Mollimard, Histamine : le rôle du médiateur, Volume 577, Issue 5, 09/2006, Pages 459-526.

2. P. Devillier, Histamine, récepteurs de l’histamine et anti-histaminiques : données récentes, Volume 217, Issue 1, 01/2003, Pages 1-136.

Share Project :