IgE totales : Quand prescrire ?

Ce qu'il faut savoir :

      • Les IgE totales sont parfaitement normales chez 20 à 30 % des patients allergiques.
      • Inversement, 20 % des sujets sains ont un taux élevé.
      • Première conclusion:

    – On peut être allergique et avoir un taux d’IgE normal.

      • Les causes d’augmentation des IgE totales sont multiples (parasitose, syndrome néphrotique, tabagisme, infections respiratoires récidivantes).
      • Deuxième conclusion:

    – Les IgE Totales ne sont pas spécifiques d’une allergie

  • Selon le Journal officiel du 28 novembre 2003, voici les indications de dosage IgE totales:

« Il ne s’agit pas d’un test de dépistage de l’allergie.
Les indications médicales du dosage des IgE totales sont limitées à la confirmation d’un diagnostic ou d’un suivi thérapeutique de :
– polysensibilisations ;
– parasitoses : filarioses, schistosomiases, toxocarose, ascaridiose, hydatidose ;
– urticaire chronique ;
– dermatite atopique ;
– aspergillose broncho-pulmonaire ;
– certains déficits immunitaires :
– de l’enfant : syndrome de Wiskott-Aldrich ;
– ou de l’adulte : syndrome de Job-Buckley. »

  • Selon l’HAS 2005 sur l’indication de dosage d’IgE dans le diagnostic et suivi des maladies allergiques, voici les conclusions concernant les IgE totales:

  • Dernière conclusion :

– Il ne faut pas prescrire des IgE totales pour dépister une allergie (mais plutôt un test de dépistage type « Phadiatop » cf article.)
– Doit être intégrer dans un bilan allergologique complet, et non prescrit de manière seul en première intention.
– Il ne faut pas prescrire un bilan allergologique devant une Hyper IgE totales qui est isolée et asymptomatique.

Lien vers l’enquête de pratique concernant la place de la formation en allergologie dans les études de médecine générale : ICI

Share Project :