Dépister une allergie aux protéines de lait de vache

Ce qu'il faut savoir:

Schématiquement, on distingue 2 types d’APLV (Allergie aux Protéines de Lait de Vache) :

1- L’allergie immédiate (IgE médiée).

    • Quelques minutes après ingestion de lait
    • Urticaire du visage ou du reste du corps, angio-oedème, bronchospasme ou choc anaphylactique.
    • Exploration par des tests cutanés et/ou dosage des IgE spécifiques.

2- L’allergie retardée (non IgE médiée).

    • Plusieurs heures après l’ingestion de lait
    • Expression cutanée par une dermatite atopique ou expression digestive (RGO, vomissements, pleurs après le biberon, diarrhée, constipation, oesophagite à éosinophile).
    • Le seul moyen diagnostic pour ce type d’allergie est le test « d’éviction/réintroduction »

 

Evoquer une APLV IgE médiée ne pose en général aucun problème (histoire clinique évidente immédiate après l’ingestion de lait). Par contre, évoquer une allergie non IgE médiée est beaucoup plus compliqué, du fait du délai tardif et des symptômes non spécifiques, souvent identiques à ceux des troubles fonctionnels intestinaux du nourrisson.

C’est pourquoi un score a récemment été mis en place pour les médecins généralistes pour mieux diagnostiquer les APLV de forme retardée. Il s’agit du CoMiss (Cow’s Milk related Symptom Score)

 

Conclusion:

  • Le CoMiss est un score clinique de dépistage de l’APLV destiné aux médecins généralistes
  • Un régime d’éviction peut être tenté en cas de score > 12 pour confirmer l’APLV
  • Un suivi allergologique est nécessaire en cas d’APLV (IgE médiée ou non IgE médiée) confirmée

Share Project :