Blé, gluten et allergie

Ce qu'il faut savoir :

Il faut avant tout ne pas confondre les entités suivantes:
– Allergie au gluten
– Maladie coeliaque
– Sensibilité au gluten non coeliaque (Entité décrite depuis peu)
– SEIPA (ou Syndrome d’entérocolite induite par les protéines alimentaires) et l’oesophagite à Eosinophile
– Intolérance aux FODMAP

Qu'est ce que le gluten ?

C’est une fraction du blé, qui mélange plusieurs protéines (gliadine, gluténine). Il peut être utilisé comme liant ou émulsifiant.

Allergie à la farine de blé

C’est un mécanisme immunologique IgE médiée dans la plupart des cas (comme les autres allergies alimentaires classiques).
La clinique est celle d’une réaction allergique immédiate en post prandial (dans les minutes ou les heures suivant l’ingestion) : urticaire superficielle ou profonde (Oedeme de Quincke), réaction anaphylactique (hypotension, troubles digestifs, troubles respiratoires).
Le diagnostic repose sur les pricks tests, les IgE spécifiques et le test de provocation.
La prise en charge consiste en une éviction complète du blé.

Cas particuliers : Anaphylaxie à l’effort
Il s’agit d’une forme d’anaphylaxie apparaissant quelques minutes après un exercice physique, lorsque que celui-ci est précédé de l’ingestion d’un allergène spécifique (le blé). L’aliment en cause est le plus souvent toléré lorsqu’il n’est pas associé à un effort physique.

Maladie coeliaque

La maladie coeliaque n’est pas une allergie, c’est une maladie autoimmune, chez un sujet génétiquement prédisposé.
La gliadine du gluten est l’antigène alimentaire à l’origine d’une réponse immunitaire au niveau de la muqueuse intestinale (atrophie villositaire).

La forme classique de la maladie se traduisant par un syndrome de malabsorption ne représente que 10 à 20 % des formes des maladies coeliaques.
Dans 80% des cas, la MC s’exprime dans des formes silencieuses.

La diagnostic nécessite:
– Dosage des IgA transglutaminase (+/- IgG endomysium)
– Biopsies duodénales (le patient doit consommer du gluten au moment du diagnostic)

La prise en charge repose sur un régime d’éviction à vie du gluten

Sensibilité au gluten non coeliaque

Elle diffère de la maladie coeliaque par l’absence de lésions muqueuses et d’atrophie villositaire.
Décrite depuis 2012, la physiopathologie est encore mal connue.
Les symptômes digestifs sont peu spécifiques (douleurs abdominales, ballonnements, troubles du transit), les symptômes extra digestifs sont variés (fatigue, douleurs musculaire…) et la composante psychologique est parfois associée.
Il s’agit d’un diagnostic d’élimination (après avoir écarté la MC et l’allergie au blé)
Théoriquement, il serait nécessaire de faire un test éviction/réintroduction du gluten en aveugle contre placebo, comme cela a été fait pour décrire cette pathologie dans les études.
En pratique, on peut réaliser un test d’éviction du gluten de 6 semaines et surveiller les symptômes à la réintroduction du gluten.

Les FODMAP

Pour «Fermentable Oligo Di-Monosaccharides And Polyols».
Ce n’est ni une allergie, ni une maladie auto-immune. Il s’agit d’une malabsorption de certains sucres secondaire à un déficit enzymatique.
La conséquence est un inconfort digestif lié à un excès de fermentation colique et au pouvoir osmotique des glucides résiduels.

Le régime consiste à supprimer toutes les sources de FODMAP pendant 6 à 8 semaines puis de réintroduire progressivement, un type d’aliment pour en évaluer sa tolérance.

Bibliographie:

1. Lecerf J-M, Schlienger J-L. Chapitre 12 – Régimes d’exclusion. In: Nutrition Préventive et Thérapeutique. Paris: 2016. p. 235–51.
2. Saintot M, Flabbee J-A, Ziegler O, Schmutz J-L, Barbaud A. Manifestations digestives des intolérances au blé. Revue Française d’Allergologie. 2017 Jun 1;57(4):317–26.
3. Molkhou P. La sensibilité au gluten non maladie cœliaque. Où en sommes-nous en 2016 ? Revue Française d’Allergologie. 2016 Dec 1;56(7):556–61.

Share Project :